Accueil du site > Edito > Tout est terminé à la naissance ?

Tout est terminé à la naissance ?

lundi 30 avril 2012

Il ne nous a pas échappé depuis quelque temps que l’être devrait être déterminé, surdéterminé par la génétique, les mathématiques, la géographie. Pindare disait jadis "Deviens ce que tu es", en signifiant que tout était déjà écrit dans les astres et qu’il fallait simplement révéler sa destinée, sa prédestinée au monde. Pourtant, fort de la mécanique quantique, de l’ondulatoire et du corpusculaire, fort de l’aléatoire des neurotransmetteurs, des liens établis ou non entre les gènes, il semblerait que l’être ait son mot à dire. Un être peut devenir tout ce que vous voulez ; ce n’est qu’une question de temps. Il peut parler l’allemand, l’anglais, le russe, le chinois, l’arabe, pourvu qu’on lui laisse le temps, et peut-être coiffeur comme chirurgien. Ce n’est qu’une question d’enseignement et de volonté de formation.

Tout ça pour dire qu’aujourd’hui, bombardés par de multiples examens plus défiants que confiants, les élèves et les jeunes sont soumis au joug du diktat usuel. Avant même d’avoir été un être à part entière, avant même d’avoir vu d’autres horizons, d’avoir goûté à du Faulkner, à du Dostoïevski, à Omar Khayyam, etc., le voilà pris dans les cribles, dans la torture, dans les fers ou’ on le passe à la question. Le "que veux-tu devenir ?" est devenu sujet à question si les résultats ne corroborent pas, ne sont pas probants. Jadis, on lisait dans les astres pour éviter les désastres. Aujourd’hui on interroge les esprits probablement parce que l’on en manque.

Les dieux marchent sur la tête ce n’est pas la bonne méthode pour être au monde.

Spara

Répondre à cette brève

nous contacter | plan du site | RSS 2.0